Entrée en vigueur en 2020, la réforme de l’accès aux études de santé pose de multiples questions. Quelle forme a prise la réforme de la PACES ? En quoi consistent le PASS et les L.AS, les deux voies qui l’ont remplacée ? Comment, désormais, être accepté·e en études de médecine, de sage-femme, d’odontologie, de pharmacie ou encore de kinésithérapie ? L’organisme de prépas Stan Santé répond à toutes vos questions.

stan-sante-prepa-concours-ergotherapeute-nancy

Notre prochaine JPO

Notre prochaine se fera EN LIGNE ET EN DIRECT le /. Notre équipe se tiendra à votre disposition pour vous apporter toutes les informations afin de finaliser votre choix d’orientation et afin de vous aider dans le choix de votre préparation aux concours PACES ou paramédicaux.
Nos places étant limitées, nous vous conseillons de prendre contact avec nous assez rapidement. N'hésitez pas à nous téléphoner au 03 83 95 38 52.

Comprendre la réforme de la 1ère année des études de santé

La réforme de la Première Année Commune aux Études de Santé (PACES) s’inscrit directement dans le projet de loi « Ma santé 2022 », présenté par le président de la République et par la ministre des Solidarités et de la Santé comme « une transformation en profondeur de notre système de santé ».

La suppression du numerus clausus

L’un des pans majeurs de la réforme de 2020 est la suppression du numerus clausus au profit d’un autre mode de contrôle. Le principe ? Depuis 2020, ce n’est plus l’État qui dicte le nombre d’étudiant·es autorisé·es à passer en 2ème année ; cette tâche est déléguée aux universités. Concrètement, chaque faculté détermine avec l’ARS le nombre de places qu’elle ouvre en 2ème année, en basant ses chiffres sur les besoins locaux en médecins, en pharmaciens, en chirurgiens-dentistes, etc. Par conséquent, même si le numerus clausus a disparu techniquement, la sélectivité extrême de ces parcours demeure.

Gros plan sur le PASS : le Parcours d’Accès Spécifique Santé

Dans le cadre de la réforme de 2020, la PACES a elle aussi disparu pour laisser place à deux nouvelles voies, dont le Parcours Accès Santé Spécifique (PASS). Avec le PASS, le contenu de la formation ressemble à ce qui était proposé en PACES. L’élément nouveau est que les étudiant·es doivent opter pour une unité d’ouverture comptant pour 15 % du volume de la formation, autrement dit pour une matière mineure qui ne concerne pas le domaine de la santé.

Une sélection à la fin de l’année PASS

À la fin du PASS, les étudiant·es doivent se présenter aux groupes d’épreuves qui vont sélectionner les candidat·es autorisé·es à intégrer la 2ème année de leur choix. À noter : il est impossible de redoubler le PASS.

Gros plan sur les L.AS : les Licences Accès Santé

Le Parcours Accès Santé Spécifique (PASS) est l’une des deux voies ayant remplacé la PACES ; les Licences Accès Santé (L.AS) constituent la 2nde. Avec une L.AS, le socle de la formation est la L1 dans laquelle est inscrit·e l’étudiant·e. Cette Licence est hors du domaine de la santé ; le choix varie d’université en université. Avec l’Université de Lorraine sont proposées les Licences Droit, Économie et gestion, Physique-chimie ou encore STAPS.

Une « mineure santé » associée à une Licence hors santé

À ce socle s’ajoute un enseignement appelé « mineure santé ». Avec l’Université de Lorraine, cet enseignement se déroule majoritairement à distance (en ligne). À la fin d’une année de L.AS, comme pour le PASS, les étudiant·es doivent se présenter aux groupes d’épreuves qui vont sélectionner les candidat·es autorisé·es à intégrer la 2ème année de leur choix.

Études de santé et métiers de la rééducation : les débouchés du PASS et des L.AS

Depuis 2020, le Parcours d’Accès Spécifique Santé PASS et les Licences Accès Santé L.AS mènent aux filières MMOP (Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie) mais également aux formations liées aux métiers de la rééducation (Kinésithérapie, Ergothérapie, Psychomotricité). Ces parcours ont en commun la nécessité, pour les candidat·es, de se hisser parmi les meilleur·es à l’issue des examens du PASS et des L.AS. Mais après ?

Étudier pour devenir médecin

Vous faites partie des étudiant·es sélectionné·es à l’issue du PASS ou des L.AS depuis l’Université de Lorraine ? Vous poursuivez vos études au sein de la faculté de médecine, pour une durée totale de 9 à 11 années. Le dernier cycle de cette formation va varier selon la carrière envisagée par l’étudiant·e : médecine générale, spécialités chirurgicales, médecine du travail, etc.

Étudier pour devenir sage-femme

L’accès à une école de maïeutique à l’issue du PASS ou d’une L.AS est un privilège accordé exclusivement aux candidat·es les mieux noté·es. Une fois votre année en PASS ou en L.AS révolue, vous entrez en école de sages-femmes pour y entamer votre 2ème année d’études post-baccalauréat. Une fois sorti·e diplômé·e de l’école de sage-femme, vous pouvez exercer directement la profession ou poursuivre votre formation via un DU ou un Master.

Étudier pour devenir chirurgien-dentiste

Devenir dentiste, c’est s’engager à suivre entre 6 et 9 années d’études à l’université, entamées par une année en PASS ou en L.AS. À partir de la 6ème année, les aspirants chirurgiens-dentistes doivent choisir entre un cycle court et un cycle long. Ce dernier destine l’étudiant·e à exercer dans une spécialité de l’odontologie, comme l’orthodontie par exemple.

Étudier pour devenir pharmacien

Si vous faites partie des candidat·es sélectionné·es à l’issue des examens écrits et oraux du PASS ou des L.AS, vous poursuivez votre 1er cycle d’études au sein d’une faculté de pharmacie. Le métier de pharmacien ne se limite pas à la vente de médicaments en officine. À partir de la 4ème année, l’étudiant·e peut choisir la voie vers laquelle il va orienter son parcours et sa carrière : l’officine, l’industrie-recherche, ou l’internat.

Étudier pour devenir kinésithérapeute

À l’Université de Lorraine, il faut valider une 1ère année en PASS ou en L.AS pour intégrer un institut de formation en masso-kinésithérapie (IFMK), celui de Nancy. Parmi les enseignements dispensés figurent, par exemple, santé publique, sciences humaines et sciences sociales, ou encore sciences biomédicales. Un diplôme d’État (DE), autrement dit un certificat d’aptitude attestant de votre capacité à exercer le métier de kiné, vient sanctionner vos 5 années d’études.

LES INTERNAUTES AYANT CONSULTÉ CET ARTICLE ONT ÉGALEMENT RECHERCHÉ

  • réforme PACES 2020 redoublement
  • portail santé 2020
  • numerus apertus